CAV 45

CAV_045

 

Descrizione: CYRILLE KOROLEVSKIJ, Kniga Bytija Moego (Le livre de ma vie). Mémoires autobiographiques, texte établi, édité et annoté par GIUSEPPE M. CROCE, avant-propos du cardinal JEAN-LOUIS TAURAN, préface de ÉTIENNE FOUILLOUX, 2007 ISBN 978-88-85042-54-4

- Tome I, (1878-1908), pp. LXV, 546, 16 planches, 5 cartes et plans

- Tome II, (1908-1919), pp. IX, 772, 19 planches

- Tome III, Documents (1900-1926), pp. CXI, 1274, 25 planches, 5 cartes, 3 fac-similés

- Tome IV, Documents (1927-1964), pp. XXVI, 1275-2307, 19 planches

- Tome V, Bibliographie, tables et index, pp. XV, 641

€ 550,00

INDEX ANALYTIQUE DU TOME I*

Avant- propos du cardinal Jean- Louis Tauran
Préface de M. Étienne Fouilloux

INTRODUCTION: Cyrille Korolevskij: une vie pour l’Orient chrétien
I. - L’homme et son oeuvre
II. - Les archives de Cyrille Korolevskij
III. - Kniga Bytija Moego (Le livre de ma vie): une autobiographie sui generis
IV. - Règles suivies pour l’édition
Remerciements
Sigles et abréviations

Préface, 1- 3 [3- 6].

CHAPITRE I
MA FAMILLE ET MES PREMIÈRES ANNÉES.
Mes ancêtres, 5 [7]. - Une descendance cosaque?, 6 [8]. - Mon père et ma mère, 6- 8 [9]. - Une soeur et un frère, 8 [11]. - Premières années, 9- 11 [12]. - Paris, 11- 13 [15]. - Education familiale, 13- 14 [16]. - Légèreté de mon frère et ruine de mon père, 15- 17 [19]. - Triste jeunesse, 18 [23].

CHAPITRE II
VOCATION AU SACERDOCE ORIENTAL.
La paroisse locale, 19- 21 [24]. - Première communion et vocation
sacerdotale, 20- 22 [26]. - Amour de la liturgie, 23- 24 [29]. - Un catalogue de librairie et un entrefilet de journal véhicules d’une vocation orientale, 25- 27 [32]. - L’église melkite de Paris, 27- 30 [34]. - Crise intime de vocation et attrait exclusif vers l’Orient, 30- 31 [38]. - L’archimandrite Ignace AomSy, 31- 34 [41]. - Seul à Paris, 35- 36 [43]. - Incompréhension de la part de l’élément latin, 36- 41 [47]. - Chez les Melkites ou chez les Ruthènes, 41- 43 [50]. - Mgr. Félix Xavier Jourdan de la
Passardière, le Père Félix Charmetant et la mission grecque de Constantinople, 43- 48 [53]. - Pourquoi j’ai échoué alors, 49 [56].

CHAPITRE III
LA CRISE.
Difficultés familiales, 51- 53 [60]. - Un obstacle: la loi militaire française, 53- 54 [62]. - Idées absolues des Français sur la patrie, 54- 59 [64]. - Incident de famille, 59- 60 [69]. - À l’Institut catholique de Paris, 61 [73]. - Persécution maternelle, 62- 65 [74]. - Un refuge inespéré, 65- 66 [76]. - Au Séminaire d’Issy, 66- 67 [78].
CHAPITRE IV
LE SÉMINAIRE D’ISSY.
Les Sulpiciens et leur système pédagogique, 69- 70 [80]. - Comparaison avec le système italien, 70- 77 [81]. - Impressions fondamentales reçues, 77- 78 [90]. - En première année de philosophie, 78- 82 [91]. - Retour vers les Melkites, 82 [95]. - L’étude de la vocation, 84 [98]. - La controverse Lahitton, 84- 86 [99]. - En deuxième année de philosophie, 86- 87 [101]. - Une singulière connaissance, 87- 88 [102]. - Un Supérieur à l’esprit étroit, 89- 90 [104]. - Décision au sujet de ma vocation et plans de réalisation, 91- 94 [106].

CHAPITRE V
LE SÉMINAIRE DE PARIS. DÉPART POUR L’ORIENT.
Physionomie du Séminaire de Paris, 95- 97 [110]. - Un nouveau Directeur, 97- 99 [112]. - Difficultés avec les supérieurs, 99- 100 [115]. - Tentative d’aller au Collège Grec de Rome et nouvelle persécution familiale, 100- 103 [117]. - Je me résigne à rester à St. Suplice, 103 [119]. - Le Père Joseph Qâdî, 105- 106 [122]. - Dégoût du Séminaire St. Sulpice, 106- 112 [126]. - Avantages que j’ai retirés de mon séjour dans cette maison, 112- 115 [129]. - Départ pour l’Orient, 115- 117 [133]. - Au Collège patriarcal melkite de Beirut, 118- 121 [137].

CHAPITRE VI
LE PATRIARCHE PIERRE IV GERAYGYRY.
1898- 1902
Variété des jugements émis sur le patriarche Pierre IV Géraygyry, 123- 124 [142]. - Pourquoi les abus étaient inévitables dans l’Orient d’alors, 124- 126 [144]. - Le patriarche Grégoire II Yûsef et ses relations avec Rome, 126- 134 [146]. - Système des élections patriarcales et épiscopales dans le patriarcat d’Antioche, 135- 137 [157]. - Silhouettes morales des prélats composant l’épiscopat melkite en 1898, 138- 149 [160]. - Influences qui devaient s’exercer lors de l’élection patriarcale, 149- 151 [173]. - Jeunesse de Biõârah Géraygyry, son voyage d’Arabie avec le Père William
Gifford Palgrave, dit Cohen, et destinées de celui- ci, 151- 161 [176]. - Pierre Géraygyry évêque de Panéas, 162- 168 [188]. - L’élection tumultueuse de juillet 1898, 168- 185 [198]. - La confirmation par Rome et par Constantinople, la Synaxe générale des Salvatoriens et le voyage du patriarche à Rome et à Constantinople, 186- 202 [216]. - Les premières élections épiscopales: Damas, Zahleh, Panéas, Acre. Opposition d’une partie de l’épiscopat: une députation des évêques et le patriarche à Rome, 202- 210 [234]. - La préparation du Concile national, 211- 214 [244]. - Kyr
Raphaël Abî Murâd, métropolite de Damiette, 215- 217 [248]. - La Milice du Christ, René Vilatte et le chevalier Piccoli, 218- 227 [251]. - Fin de l’affaire d’Acre et élection du métropolite de AomS: triomphe du patriarche, 228- 233 [260]. - Transfert de la résidence patriarcale à Beirut, 233- 234 [265]. - Intrigues pour empêcher la réunion du Concile national, 234- 238 [267]. - Maladie et mort de Pierre IV, 239- 247 [271]. - Examen de sa biographie par le métropolite Raphaël Abî- Murâd, 248- 250 [283]. - Appréciation de son patriarcat, 251- 252 [288].

CHAPITRE VII
LE PATRIARCHE CYRILLE VIII GÉAÂ.
1902- 1916
Cyrille Géhâ avant son patriarcat: son caractère, 253- 256 [290]. - Son élection et sa confirmation par Rome, 256- 266 [293]. - Débuts du patriarcat: l’affaire de AomS- Yabrûd, le Vicariat de Damas et la restauration éventuelle de la métropole, l’élection de Kyr Dimitri Qâdî à Alep et le Vicariat d’Égypte, 266- 279 [307]. - Voyage du patriarche à Constantinople et à Rome: la question des rapports directs entre la Porte et le Vatican, 279- 288 [322]. - L’élection scandaleuse de Beirut, 288- 292 [331]. - Déplorables effets du manque de culture du patriarche Cyrille VIII, 292- 294 [337]. - La crise de la Congrégation salvatorienne, 294- 296 [339]. - L’agitation des religieux contre le clergé séculier à propos des paroisses, 296- 299 [342]. - Cyrille VIII et la Révolution jeune- turque de 1908, 300- 302 [347]. - Les prodromes du Concile, 302- 306 [349]. - Principaux abus auxquels il aurait dû remédier, 306- 325 [355]. - Ce qui se passa au Concile de 1909, 325- 339 [379]. - Examen à Rome et abandon, 339- 344 [396]. - L’élection de Tyr, 344- 346 [400]. - La mission du 6alt, 347- 348 [403]. - Première guerre mondiale et mort du patriarche, 348 [405].

CHAPITRE VIII
DÉBUTS AU COLLÈGE PATRIARCAL DE BEIRUT. ORDINATIONS. TRAVAUX LITTÉRAIRES (1900- 1903). PREMIER VOYAGE À JÉRUSALEM.
Le Collège de Beirut, 349- 355 [406]. - Désillusions, 355- 357 [413]. - La douane turque, 358- 359 [418]. - Voyage à Damas, 359- 360 [420]. - Premier travail littéraire: un Manuel de prières byzantin, 360- 362 [421]. - La traduction des trois Liturgies eucharistiques, 362- 363 [424]. - ‘Aîn- Zehaltâ, ‘Aîn- Trâz, 363- 365 [428]. - Trouvailles documentaires à la métropole de Beirut, 365 [426]. - Les ordinations, 365- 369 [427]. - Chroniques historiques et petit conflit avec les Jésuites, 369- 375 [431]. - Premier voyage à Jérusalem, 375- 378 [438].

CHAPITRE IX
SECOND VOYAGE À JÉRUSALEM: L’APPEL DE LA RUSSIE. PREMIERS DÉMÊLÉS AVEC LE PATRIARCHE CYRILLE VIII GÉAÂ. RECHERCHE D’UNE SOLUTION À CONSTANTINOPLE ET EN BULGARIE. SCÈNE VIOLENTE AU RETOUR.
1904- 1905
Dégoût du Collège de Beirut, 379- 380 [442]. - Une proposition pour Alep, 381 [444]. - Second voyage à Jérusalem: l’appel de la Russie, 382- 385 [446]. - Démêlés avec le patriarche Cyrille VIII à propos de la biographie de Maxime III MaJlûm, 385- 389 [449]. - La situation du Collège de Beirut empire, 389- 391 [457]. - À Constantinople et en Bulgarie en 1905, 392- 395 [457]. - Une scène au retour avec le Supérieur du
Collège de Beirut, 395- 396 [460].

CHAPITRE X.
DÉMÊLÉS AVEC LES XÛWAYRITES.
SECOND VOYAGE À CONSTANTINOPLE ET DE LÀ EN GALICIE AUPRÈS DU MÉTROPOLITE KYR ANDRÉ SZEPTYCKYJ. UN PLAN POUR L’ENTRÉE EN RUSSIE ET DEMANDE D’UN CONGÉ ILLIMITÉ.
1906- 1907
Réclamations des Xûwayrites contre mes articles historiques, 397- 399 [462]. - Hésitations et décision d’aller trouver le métropolite Kyr André Szeptyckyj: à Constantinople et en Galicie, 399- 402 [464]. - Un plan pour l’entrée en Russie, 403- 409 [469]. - En France, en Angleterre et demande infructueuse d’un congé illimité à mon retour en Orient, 409- 410 [471].

CHAPITRE XI
À DEUX DOIGTS DE LA MORT.
DÉPART POUR L’EUROPE ET DÉCISION D’ALLER A ROME.
1907
Le paludisme avec accès pernicieux, 411- 417 [474]. - Convalescence et départ pour l’Europe, 417- 418 [479]. - Une question embarrassante: les décrets romains sur les honoraires de Liturgies, 419- 422 [484]. - Nouvelle tentative infructueuse auprès du patriarche et décision d’aller à Rome, 422- 426 [489]. - La Corse, Livourne; arrivée à Rome, 426- 428 [493].

CHAPITRE XII
COUP D’OEIL RÉTROSPECTIF SUR LES ÉGLISES DE L’ORIENT ASIATIQUE ET LES MISSIONS LATINES À LA MORT DE LÉON XIII (1902) [sic]
Idée d’un parallèle entre la situation de l’Orient asiatique en 1902 et en 1943, 429- 430 [497]. - Ce que l’on entend aujourd’hui par « Orient », 430 [498]. - Changement dans la méthode d’apostolat; les vieilles idées, 430- 431 [499]. - Les idées nouvelles, 431- 434 [502]. - Caractéristiques des Églises de l’Orient asiatique à la mort de Léon XIII et parallèle avec la situation d’aujourd’hui, 434 [503]. - Peu de fidèles et beaucoup d’évêques, 435 [504]. - Comment chacune de ces Églises sert de cadre à une nation, 435- 437 [505]. - Isolement et jalousie mutuelle, 437- 438 [508]. - Etroitesse d’esprit, 438- 439 [509]. - Conséquences bizarres, 439 [510]. -
En quoi la situation s’est modifiée, 439- 440 [511]. - Défauts communs à toutes les Églises orientales: multiplicité des rites et son explication, 440- 444 [512]. - Despotisme des supérieurs et servilisme des inférieurs, 444 [516]. - Orgueil national, 444- 445 [517]. - Confusion du spirituel avec le temporel, 445- 446 [518]. - Esprit de mensonge et de ruse, avidité de s’enrichir, 446- 450 [519]. - Attendre tout de l’Europe comme d’autres attendent tout de l’État ou de la Papauté, 450- 453 [524]. - Comment cette disposition se modifie déjà, 453- 455 [528]. - Les missions latines:
jusqu’à la Constitution Orientalium (1894): leur but, 455 [530]. - Tentatives des anciens missionnaires pour pratiquer le rite oriental, 456 [531]. - Le refus de Rome, première cause de latinisation, et ses motifs, 456- 458 [532]. - Le patriarcat latin de Jérusalem et la latinisation des convertis, 458- 459 [534]. - Latinisation presque obligatoire des Orientaux entrant dans les Congrégations latines, 459- 460 [536]. - Comment l’organisation des cadres des missions latines était elle- même un excitant à latiniser, 461- 462 [537]. - Impossibilité de soumettre les missions latines à la hiérarchie orientale, 462- 463 [539]. - Formation insuffisante des missionnaires latins et difficulté d’y remédier, 463- 465 [540]. - Méthode d’apostolat suivie par les missionnaires latins, 465- 466 [542]. - Résultats défectueux et quasi stériles de cette méthode, 466- 468 [544]. - De quelle manière les missions latines ont contribué à la formation des Églises catholiques orientales actuelles, 468- 471 [546]. - Examen de l’objection: « Il ne faut pas favoriser un rite plus qu’un autre », et comment il était parfois difficile aux missionnaires de faire autrement qu’ils n’ont fait, 471 [549]. - Comment Léon XIII fur vraisembablement amené à s’intéresser à l’Orient chrétien, 472- 474 [550]. - La relation de Mgr. Vannutelli, 474- 476 [553]. - Le mémoire de Carlo Gallian, 476- 480 [556]. - Le Congrès eucharistique international de Jérusalem en 1893, 480- 487 [560]. - Le Rapport du Cardinal Légat Benoît Langénieux, 487- 491 [568]. - L’encyclique Praeclara gratulationis du 20 juin 1894, 491- 495 [572]. - La
Constitution Orientalium dignitas, 495- 507 [578]. - Comment elle fut reçue par les missionnaires, et comment elle a échoué en ce qui regarde la latinisation par l’école, 507- 513 [592]. - Comment on pourrait y remédier, 513- 523 [600]. - Pourquoi l’Orientalium a été restreinte à l’Orient asiatique et conséquences de cette restriction, 524- 527 [614]. - Le Motu Proprio Auspicia rerum, 527- 529 [617]. - La Commission cardinalice pour l’Union des Églises dissidentes, 529- 535 [620]. - Conclusion sur l’oeuvre de Léon XIII en Orient, 535- 537 [626].

* Index rédigé par Korolevskij. Entre crochets droits et en italique la pagination
de l’original.

INDEX ANALYTIQUE DU TOME II*

CHAPITRE XIII
PIE X ET L’ORIENT. - ABANDON DE LA POLITIQUE DE LÉON XIII. - LE QUINZIÈME CENTENAIRE DE ST. JEAN CHRYSOSTOME. - SÉJOUR CHEZ LES ASSOMPTIONNISTES. - PREMIER CONTACT AVEC LE COLLÈGE GREC, LA PROPAGANDE ET LA VIE ROMAINE.
1908
L’élection de Pie X (1903) et ses premiers actes. Réforme de la musique sacrée et du système d’élection des nombreux évêques d’Italie, 1- 4 [2]. - Suppression de la Congrégation des Indulgences et d’une bizarre excommunication, exhortation à une plus digne célébration de l’office divin dans les basiliques, 4- 6 [5]. - Visite apostolique de toutes les églises de Rome, 6- 7 [7]. - La codification du droit canonique latin, 7- 9 [8]. - Le logement des ecclésiastiques à Rome, 9- 11 [11]. - Le neuvième centenaire du monastère de Grottaferrata, 12 [14]. - Abandon de la politique orientale de Léon XIII, 12- 13 [14]. - Réforme du corps des chantres de la Chapelle Sixtine, 13- 14 [16]. - L’Encyclique Pieni l’animo (1906) et l’état inférieur du clergé italien, 15- 17 [18]. - Les prêtres oisifs à Rome, 17- 19 [20]. - La « brochure verte » sur les actes et les intentions de Pie X, 19- 20 [22]. - Chez les Assomptionnistes, à St. Pierre et au Collège Grec, 20- 22 [23]. - Comment je devins Arcade, 23- 25 [26]. - Préparation de la célébration du quinzième centenaire de St. Jean Chrysostome, 25- 32 [28]. - Le premier jour de fêtes, 32- 40 [37]. - Le deuxième et le troisième jour, 40- 46 [45]. - La célébration du 12 janvier [sic] 1908 avec la participation de Pie X, 46- 52 [53]. - L’audience papale du 14 [sic] et l’Académie solennelle, 53- 56 [61]. - Le compte rendu des fêtes et la vraie conséquence de ce centenaire, 57- 59 [66]. - Pourquoi je cessai d’habiter chez les Assomptionnistes, 59- 63 [69]. - Les défauts de leur action en Orient et la crise de leurs Constitutions, 63- 70 [74].

CHAPITRE XIV
UN DEMI- SIÈCLE DE L’HISTOIRE DU COLLÈGE GREC DE ROME:
LE RÉGIME BÉNÉDICTIN.
1897- 1947
Comment il fut heureux pour moi de n’avoir pas pu recevoir ma formation au Collège Grec, 71- 73 [83]. - Comment je fus amené à en écrire l’histoire depuis un siècle et demi, 73- 75 [85]. - Le Collège depuis la fermeture de 1803, 75- 76 [83]. - Comment Léon XIII fut amené à s’occuper de l’Orient dès le début de son pontificat: projet d’appel solennel, mémoires de Vincenzo Vannutelli et de Carlo Gallian, fondation du Collège bénédictin de St. Anselme, 76- 80 [89]. - Réforme du rite à Grottaferrata et nécessité d’en faire une analogue au Collège Grec, 80- 81 [94]. - Comment le rite y fut négligé durant tout le XIXe siècle, 81- 85 [95]. - Tentative de révolte en 1894, 85- 86 [99]. - Léon XIII projette de donner le Collège au Patriarche melkite Grégoire II Sayyûr et comment il en fut détourné, 87- 95 [101]. - Léon XIII pense un moment à Grottaferrata, 95- 96 [111]. - L’idée de le confier aux Bénédictins se fait jour: dom Gérard van Caloen, 96- 98 [113]. - Le Primat Hildebrand de Hemptinne accepte et prend ses dispositions, 99- 102 [116]. - Episode de l’aventurier Alexandre Eutychidis, 102- 104 [119]. - Le Motu Proprio du 15 décembre 1897, 104- 107 [121]. - En quelle mesure le programme tracé par Léon XIII fut réalisé: projets de dom Hildebrand, 108- 118 [123]. - Sa mort prématurée (1913): idées tout opposées du nouveau Primat dom Fidelis von Stotzingen, 118- 119 [133]. - Purification du rite, 120- 127 [135]. - L’enseignement des matières spéciales, 127- 129 [142]. - Recrutement difficile des élèves, 129- 131 [144]. - Rectorat de dom Henri Rickenbach, 131- 133 [147]. - Rectorat de dom Raymond Netzhammer, 133- 135 [149]. - Dom Hugo Gaisser nommé inopinément Recteur (1906): ses idées bizarres et naïves, 136- 142 [152]. - Illusions du Primat Hildebrand au sujet des moines melkites: comment j’essayai de les dissiper, 142- 148 [160]. - Tentative de dom Hugo Gaisser pour transformer le Collège en monastère, 148- 151 [166]. - Nouvelles maladresses de dom Gaisser: la Visite apostolique de 1911, 151- 154 [170]. - Résultats désastreux de la Visite: le Règlement de 1912; éloignement de dom Gaisser, 154- 161 [172]. - Le Collège est confié aux Bénédictins de Beuron, 161- 166 [180]. - La première guerre mondiale: dispersion des Pères et des élèves, 166- 168 [185]. - Mort du papàs Nicolas Franco (1916), 168- 169 [188]. - L’Abbé de Grottaferrata Arsenio Pellegrini tente de s’emparer du Collège, 169- 170 [189]. - Érection de l’éparchie de Lungro, 171- 172 [191]. - Le Collège est confié à l’abbaye belge de Maredsous: rectorat de dom Bennon Zimmermann, 172- 178 [192]. - Un autre aventurier: Modeste Armacolla, 178- 180 [199]. - Vocations slaves, 182- 184 [202]. - Le nouveau Règlement de 1923, 184- 185 [205]. - Les moines d’Amay- sur- Meuse: dom Hildephonse Dirks, dom Maur Van der Mensbrugghe, dom Benoît Morrison, 186- 189 [205]. - Transformation intérieures, 189- 190 [208]. - Brusque départ de dom Bennon Zimmermann, 190- 193 [210]. - Rectorat de dom Odilon Golenvaux: son caractère, 193- 197 [214]. - La Visite apostolique ordinaire de 1928: représentations inutiles faites au Visiteur, 198- 202 [219]. - Changements fréquents dans le personnel, 202- 205 [224]. - Innovations introduites par dom Odilon: son caractère enfantin, 205- 210 [226]. - Vicissitudes du Collège durant la seconde guerre mondiale, 211- 213 [232]. - Conclusion de cette histoire, 214- 215 [236].

CHAPITRE XV
LE MONASTÈRE BASILIEN DE GROTTAFERRATA ET SON ABBÉ ARSENIO PELLEGRINI. LA REVUE «ROMA E L’ORIENTE» ET L’ARTICLE DU PRINCE MAX DE SAXE.
1882- 1923
Mes relations avec le monastère de Grottaferrata; importance de la réforme du rite par Léon XIII, 217- 219 [238]. - Le passé du monastère et la latinisation progressive du rite, 219- 227 [240]. - Le mouvement pour la réforme à partir de 1867: opposition de l’Abbé Nicolas Contieri et de la majorité des moines d’alors, 227- 233 [250]. - Le monastère après la prise de Rome par les Piémontais en 1870, 233- 236 [258]. - Contieri nommé archevêque de Gaète et Giuseppe Cozza- Luzi élu Abbé à sa place, 236- 238 [261]. - Cozza à l’oeuvre en faveur de la réforme: son projet de restauration de la Liturgie eucharistique; la réforme décidée par la Propagande le 12 juillet 1880, 238- 242 [263]. - Les obstacles à vaincre: l’opposition d’une partie des moines, la question de la paroisse, le projet de Giambattista de Rossi pour l’iconostase. Inauguration du rite purifié, le 15 août 1881, 242- 247 [268]. - Élection d’Arsenio Pellegrini en vue de s’opposer à la réforme; intervention de Domenico Bartolini et changement d’attitude opportuniste de Pellegrini, 247- 250 [274]. - La question de la macchina du Bernin: comment elle fut résolue; difficulté de faire une réforme tout à fait radicale, 251- 256 [278]. - Léon XIII projette de recruter les moines parmi les Italo- Albanais et se réserve tout ce qui concernait le gouvernement du monastère; réélection de Pellegrini en 1884, 256- 259 [286]. - L’épisode de la venue de Théodose Apousias et seconde réélection de Pellegrini en 1888, 259- 262 [289]. - Projet de Pellegrini pour la réduction de l’office privé: son rejet par la Propagande. Malgré cet échec, il se fait conserver ad nutum par Léon XIII dans la charge abbatiale, 262- 267 [292]. - Son rôle au Congrès eucharistique international de Jérusalem de 1893: les préliminaires du Congrès, le Patriarcat latin, la latinisation systématique et le Patriarche Ludovico Piavi, 267- 284 [298]. - Les séances publiques du Congrès et le discours final du Patriarche Piavi; comment Pellegrini sauva le Congrès d’un échec certain, 284- 296 [317]. - Les impressions de Pellegrini sur la situation faite par les Latins aux Orientaux en Palestine: comment on l’empêcha de célébrer dans les sanctuaires, 296- 304 [331]. - Quelques souvenirs personnels sur cette situation, 304- 308 [342]. - Retour de Pellegrini par Smyrne, Constantinople, l’Athos et la Sicile, 308- 313 [345]. - Quelques réflexions personnelles sur les obstacles à l’Union, 313- 316 [351]. - La relation de Pellegrini au cardinal Rampolla, 316- 322 [354]. - Tentative de Léon XIII pour fonder une mission grecque à Smyrne, 322- 325 [362]. - Pellegrini, devenu encore plus autoritaire, refuse le Collège Grec que lui offrait Léon XIII et fait éloigner Apousias, 325- 327 [366]. - Il rédige et fait approuver de nouvelles Constitutions à son avantage, 327- 330 [368]. - Il se met à copier les Abbés bénédictins, 331- 333 [372]. - Le neuvième centenaire du monastère (1904); travaux intérieurs, 333- 337 [375]. - Mort de Cozza: le projet manqué d’église grecque à St. Césaire, 337- 338 [379]. - Fondation de la Revue Roma e l’Oriente et de la Typographie, 338- 341 [381]. - Vladimir Nicolaeviâ Zabughin et son influence sur Pellegrini, 341- 343 [385]. - Lancement de la Revue: l’article- programme du Prince Maximilien de Saxe, 343- 347 [388]. - Ton violent et erreurs de cet article, 347- 349 [391]. - Scandale causé par cet article; soumission du Prince et Lettre apostolique de Pie X, 349- 358 [393]. - Le Visite apostolique de 1918: éloignement de Pellegrini, 359- 361 [401]. - Priorat du P. Sofronio Gassisi; retour d’Apousias; élection de l’Abbé Romano Capasso; mort de Pellegrini e d’Apousias; décadence profonde du monastère, 361- 364 [404].

CHAPITRE XVI
PROFESSORAT AU COLLÈGE GREC. - RETOUR EN ORIENT ET INCARDINATION A L’ÉPARCHIE RUSSE DE KAMENETS- PODOLSK.
1908- 1909
Je deviens professeur auxiliaire au Collège Grec, 365- 368 [409]. - Une excursion chez les Italo- Albanais de Sicile, 368- 372 [413]. - Je fais connaissance avec la Propagande et demande la mission de Russie, 373- 376 [417]. - Vaines tentatives pour me débarrasser du Patriarche Cyrille VIII Géhâ, 376- 380 [421]. - Départ pour l’Orient: comment le Patriarche Cyrille céda enfin. Retour par Alep, Zahleh, Beirut, Jérusalem, Le Caire et Alexandrie. Je suis incardiné, extérieurement à l’éparchie ruthène de Léopol, en réalité à l’éparchie russe de Kamenets- Podolsk, 380- 389 [425]. Rapport à la Propagande sur le Concile melkite de 1909 et sur la situation de cette Église: ce qu’il en advint, 394- 397 [443]. - Je suis accusé d’avoir provoqué la Visite apostolique du Collège Grec en 1911 et cesse momentanément toute relation avec cette maison, 397- 399 [447]. - Mon rôle dans l’affaire de Roma e l’Oriente et du Prince Max de Saxe: j’encours la colère de l’Abbé Pellegrini, 399- 407 [450]. - Tentative avortée de rendre vie à la revue Roma e l’Oriente, 408- 412 [460].

CHAPITRE XVII
LA MISSION HISTORIQUE RUTHÈNE.
1910- 1914
Vu l’impossibilité pour moi de pénétrer en Russie, le Métropolite Kyr André Szeptyckyj me propose la Mission historique ruthène, 413- 416 [465]. - Grandes difficultés, à cette époque, pour pouvoir travailler aux archives de la Propagande, 416- 421 [468]. - Surveillance mesquine: comment je parvins largement à la déjouer. Quelques réflexions sur l’infériorité du clergé italien, 421- 429 [474]. - Résultats de la Mission, 429- 430 [484]. - Ce qu’il advint de tous les documents réunis, 430- 431 [485]. - Conclusion morale de mes recherches aux archives de la Propagande et vues sur l’évolution de la politique des Papes à l’égard des rites orientaux, 431- 438 [487].

CHAPITRE XVIII
LA PREMIÈRE ÉGLISE RUSSE CATHOLIQUE À ROME
1909- 1911
Le Père Serge Constantinoviâ Verighin: son accession au catholicisme, 439- 442 [495]. - Vladimir Nicolaeviâ Zabughin et le futur Exarque Léonide Fedorov: modestes débuts d’un service religieux russe catholique à Rome, 442- 446 [499]. - Nous obtenons la petite église de San Lorenzo di Monti, 447- 450 [503]. - Son aménagement, 450- 454 [507]. - Inauguration de l’église le 13 novembre 1910, 454- 456 [512]. - Difficulté de la maintenir, 456- 460 [515]. - Comment l’affaire de l’article du Prince Max de Saxe contribua à envenimer la situation, 460- 467 [521]. - Voyage à Vienne et à Léopol: le Métropolite me met au courant de ses intentions sur la Russie, 467- 470 [529]. - Je quitte l’église: ce qu’il advint d’elle ensuite, 470- 478 [533].

CHAPITRE XIX
MGR NICCOLÒ MARINI, LE PÈRE AURELIO PALMIERI ET LE BESSARIONE
1896- 1923
LES ORIGINES DE LA CONGRÉGATION POUR L’ÉGLISE ORIENTALE ET DE L’INSTITUT PONTIFICAL ORIENTAL
1917
Niccolò Marini: sa famille et ses études, 479- 481 [541]. - Ses oeuvres féminines, 481- 482 [543]. - Sa carrière prélatice, 482- 484 [545]. - Léon XIII et les Églises de l’Orient: Marini se découvre une vocation d’orientaliste, 485- 488 [547]. - L’évolution de l’Orient depuis cinquante ans, 488- 494 [551]. - Difficultés qui s’opposaient à l’entreprise du Bessarione, 494- 497 [559]. - Aurelio Palmieri: sa biographie et ses ouvrages, 497- 509 [563]. - Sa triste fin, 509- 510 [576]. - Marini, aidé puissamment par Palmieri, continue sa Revue malgré l’indifférence de Pie X pour l’Orient, 510- 513 [578]. - Le Père Antoine Delpuch et les vues de Benoît XV sur l’Orient; Marini cardinal: érection d’une Congrégation particulière et d’un Institut scientifique, 513- 520 [581]. - Analyse des Vota préparatoires, 520- 531 [589]. - Analyse détaillée du Votum du P. Delpuch, 531- 562 [601]. - Le premier Assesseur de la Congrégation Orientale: Kyr Isaie Papadopoulos, 563- 571 [638] - Un projet de Benoît XV relatif à Ste Sophie de Constantinople, 571- 572 [646]. - Marini Secrétaire de la Congrégation: il révèle son insuffisance, 572- 580 [647]. - L’affaire de Géorgie et les Vota sur un retour éventuel de grandes masses de dissidents: analyse détaillée du mien; Son inutilité pratique, 580- 600 [657]. - Vu l’insuffisance notoire de Marini, Pie XI l’exonère de sa charge de Secrétaire: sa mort (1923); Les débuts de l’Institut Oriental: Pie XI, jugeant la fondation prématurée, songe à le supprimer, 600- 612 [688]. - Dernières années du P. Delpuch: sa pieuse mort en 1936, 612- 615 [695].

CHAPITRE XX
LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE
«ESPION AUTRICHIEN ET AGITATEUR BOLCHEVIK»
SIX MOIS DANS LES PRISONS FRANÇAISES
RETOUR À ROME
1914- 1919

* Index rédigé par Korolevskij. Entre crochets droits et en italique la pagination
de l’original.

INDEX DU TOME III
INTRODUCTION

I. - L’APRÈS- GUERRE. À LA VATICANE
1. - Retour à Rome
2. - Voyage en Calabre

II. - LE GRAND TOUR ET LE GRAND RÊVE
1. - La revue « Stoudion »
2. - Mission en Europe orientale. Le « Stoudion et son programme
3. - Nouveau voyage dans les Balkans et en Roumanie. Le lancement du « Stoudion ». Michel d’Herbigny et Lambert Beauduin

III. - LA FORCE DE L’ÂGE. LE SOLITAIRE DU MONTEVERDE
1. - Au service de la Congrégation pour l’Église orientale. La fondation manquée de la maison Stoudion
2. - La codification du droit canonique oriental
3. - L’oeuvre de la Commission liturgique: les éditions grecques, syriaques, éthiopiennes et slaves »

IV. - LE RÊVE BRISÉ
1. - Travaux divers et projets inachevés. Rome pendant la guerre, le « Stoudion » et son habitant. La crise
2. - Nouveaux travaux et derniers voyages

V. - MOTUS IN FINE VELOCIOR
DOCUMENTS
Principes d’édition
Sigles et abréviations
Documents 1900- 1926

TABLE DU TOME III
1- 13 (1900- 1904)
14- 20 (1907- 1909)
21- 27 (1915)
28- 43 (1916)
44- 49 (1917)
50- 57 (1918)
58- 65 (1919- 1920)
66- 76 (1921)
77- 102 (1922)
103- 232 (1923)
233- 315 (1924)
316- 358 (1925)
359- 406 (1926)

INDEX DU TOME IV
Principes d’édition
Sigles et abréviations

DOCUMENTS (1927- 1964)

Table chronologique des documents

DOCUMENTS
407- 435 (1927)
436- 466 (1928)
467- 501 (1929)
502- 516 (1930- 1931)
517- 532 (1932)
533- 542 (1933- 1934)
543- 552 (1935- 1936)
553- 560 (1937)
561- 571 (1938)
572- 584 (1939- 1941)
585- 598 (1942)
599- 606 (1943)
607- 617 (1944)
618- 621 (1945)
622- 635 (1946- 1947)
636- 642 (1948)
643- 652 (1949)
653- 684 (1950)
685- 697 (1951)
698- 708 (1952- 1955)
709- 727 (1956- 1964)

INDEX DU TOME V
PROLEGOMENA
Sigles et abréviations
Tableau de translittération

PREMIÈRE PARTIE
I. - Index des manuscrits et des documents d’archives
II. - Index bibliographique
III. - Bibliographie raisonnée complémentaire
IV. - Glossaire

DEUXIÈME PARTIE
I. - Table chronologique des documents
II. - Table onomastique des correspondants
III. - Table analytique des documents
IV. - Index des noms propres
V. - Table des illustrations, cartes, plans et fac- similés.
V. - Crédit photographique

DEUXIÈME PARTIE
I. - Table chronologique des documents
II. - Table onomastique des correspondants
III. - Table analytique des documents
IV. - Index des noms propres
V. - Table des illustrations, cartes, plans et fac- similés.
V. - Crédit photographique